Aux Hôpitaux Shriners pour enfants, la santé et la sécurité de nos patients, familles, bénévoles et de nos employés est notre priorité. Avec la situation autour du coronavirus 2019 (COVID-19) qui évolue rapidement, nous surveillons de près les mises à jour et les alertes des départements de santé locaux ainsi que des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention – CDC), et nous suivons activement leurs recommandations.

Veuillez noter que les Hôpitaux Shriners pour enfants n’administrent pas de traitement et d’essai pour le COVID-19 pour le moment. Si un rendez-vous est à venir pour votre enfant et que ce dernier ou vous-même souffrez de toux, de fièvre, de frissons, d’essoufflement ou de symptômes semblables à ceux de la grippe, veuillez contacter les services des Hôpitaux Shriners pour enfants de votre région pour planifier à nouveau le rendez-vous.

Pour consulter les dernières mises à jour concernant le COVID-19, rendez-vous sur le site Web des CDC.

Passer à la navigation

Soins, innovation, éducation et recherche.

nouvelles Nouvelles Vendredi 6 décembre 2019 Jeudi 5 décembre 2019 1 h 16 PM - Jeudi 5 décembre 2019 1 h 16 PM

Lorsque les rêves deviennent réalité

Le parcours d'Olivia

Olivia portant sa robe de bal de fin d'année avec ses parents

Olivia est une patiente de 19 ans aux Hôpitaux Shriners pour enfants - Canada et vient du Cape Breton, Nouvelle-Écosse. Elle est née prématurément avec un premier diagnostique de cas léger de paralysie cérébrale affectant son bras et sa jambe droits. Olivia et sa famille vivent dans une ville rurale et l'hôpital le plus près est à cinq heures de route.

Heureusement, ils ont pu aborder les principaux problèmes concernant sa jambe et elle a subi sa première chirurgie lorsqu'elle était jeune. Olivia a subi une procédure réussie pour allonger le tendon d'Achille, lui permettant de marcher sur un pied à plat. Toutefois, il n'y avait toujours pas de solution pour son bras, Olivia a donc passé une bonne partie de son enfance avec sa main en poing, recourbée sur sa poitrine ce qui la rendait dingue. Il lui était difficile de pratiquer des activités scolaires comme le sport et la musique avec une seule main et plus elle subissait un stress, plus elle serrait le poing.

Olivia avait 13 ans lorsque sa mère, Nicole, a découvert Alyssa, une ancienne patiente de l'Hôpital Shriners du Canada et native de Cape Breton. Alyssa a fait les nouvelles locales lorsqu'elle a été couronnée Miss Canada et a parlé ouvertement sur son parcours avec la paralysie cérébrale et les soins qu'elle a reçus à l'hôpital. Ceci a ouvert un monde de possibilités pour Olivia et sa famille et les a mené vers l'Hôpital Shrines du Canada.

« Si quelqu'un m'avait dit qu'Olivia ne pourrait jamais faire certaines choses à cause de son état, c'est une chose, » dit Nicole. « En tant que parent, vous ne voulez pas qu'on vous dise que votre enfant ne peut pas faire ces choses à cause de l'endroit où elle vit, ou qu'elle pourrait faire ces choses si elle vivait quelque part avec des hôpitaux et des chirurgiens plus spécialisés.  » Cela a inspiré Nicole à tendre la main à la famille d'Alyssa et peu de temps après, ils étaient en route vers Montréal.

Olivia a fait des allées et venues à l'Hôpital Shriners du Canada depuis sa première visite, travaillant en étroite collaboration avec la chirurgienne orthopédiste Chantal Janelle, MD, FRCSC, et l'ergothérapeute Nathalie Bilodeau pour trouver des solutions afin de l'aider avec son bras. « Dre Janelle hésitait à faire quoi que ce soit de permanent et a vraiment pris son temps pour effectuer divers tests sur Olivia, car qu'elle ne voulait rien aggraver, ce qui était vraiment rassurant en tant que mère », a expliqué Nicole. Au fil des ans, Dre Janelle a testé des médicaments dans différentes zones de la main et du bras d'Olivia pour paralyser des muscles spécifiques. L'objectif était de donner l'occasion d'observer et de développer la marche à suivre la plus réussie pour la chirurgie.

Alors qu'elle avait 17, Olivia est venue pour son opération. « Dre Janelle a pris un muscle sous sa main et l'a transféré sur le dessus de sa main, de sorte qu'au lieu de tirer sa main vers le bas, la tirait maintenant vers le haut », a expliqué Nicole. « Ils ont également coupé les fléchisseurs de ses doigts, les ont rallongés et les ont remis en place afin qu'ils aient plus d'étirement. » En règle générale, un patient retournerait chez lui et ferait une ergothérapie entre les visites à l'hôpital, mais en raison du fait qu'il s'agissait d'une procédure ultra spécialisée, Olivia devait faire des allers-retours assez fréquents. C'était d'abord des visites hebdomadaires, puis mensuelles, et en octobre elle est venue pour son bilan de santé de six mois. À première vue, vous ne sauriez jamais qu'elle est atteinte de paralysie cérébrale, car son bras repose confortablement sur son côté. « Je ne sais pas où nous serions sans la Dre Janelle », a déclaré Nicole.

Même si Olivia et sa famille disent que leur expérience avec l'Hôpital Shriners du Canada a été merveilleuse du début à la fin, ce n'est pas encore tout à fait terminé. Puisqu'Olivia qui aura 19 en novembre, la Dre Janelle veut s'assurer qu'ils ont fait tout ce qu'ils pouvaient pour elle alors qu'elle est encore une patiente. Olivia étudie l'éducation de la petite enfance et son objectif est de redonner un jour au système de soins de santé des Hôpitaux Shriners pour enfants en enseignant aux jeunes enfants. Avec tous les voyages qu'elle et sa famille ont effectués du Cap-Breton à Montréal, Olivia est tombée en amour avec la ville et espère déménager ici de façon permanente un jour. « Le magasinage est bien meilleur ici », a-t-elle déclaré. « J'ai même trouvé ma robe de bal ici. »

Olivia a terminé ses études secondaires l'année dernière et était très nerveuse quant à cette occasion spéciale. Avant son opération, elle n'a jamais pris de photos sans cacher son bras derrière elle et maintenant, juste à temps pour son diplôme et son bal de finissants, Olivia a pu poser fièrement avec son bras sur le côté. Elle a passé toute l'année à pratiquer pour ce moment, répétant sa démarche sur scène pour accepter son diplôme. « Je voulais pouvoir lui serrer la main comme tout le monde », a déclaré Olivia. Et c'est exactement ce qu'elle a fait. « C’était formidable. C'était vraiment super. »