Passer à la navigation

Ce que nous faisons

nouvelles Nouvelles Jeudi 26 juillet 2018 Jeudi 26 juillet 2018, 5 h 58 pm - Jeudi 26 juillet 2018, 5 h 58 pm

Un chercheur des Hôpitaux Shriners pour enfants – Canada fait une importante découverte biologique pour améliorer la guérison des fractures osseuses.

Un chercheur des Hôpitaux Shriners pour enfants – Canada fait une importante découverte biologique pour améliorer la guérison des fractures osseuses.

Bon nombre d'entre nous s'est déjà « cassé » quelque chose ou connaît quelqu'un qui a vécu une fracture. En plus d'être douloureuse, une fracture met du temps à guérir. La récupération suite à une fracture est encore plus longue et plus compliquée lorsque le corps n'est pas en mesure de produire les éléments nécessaires à la guérison. Plus de 10 pourcent des fractures ne guérissent pas convenablement et, ce pourcentage augmente de façon spectaculaire chez les patients affectés par des maladies métaboliques, comme ceux traités aux Hôpitaux Shriners pour enfants. C'est pourquoi toute amélioration du traitement des fractures est extrêmement bénéfique. Publiée dans le numéro d'août 2018 du Journal of Clinical Investigation, l'étude de René St-Arnaud, Ph.D., directeur de la recherche des Hôpitaux Shriners pour enfants du Canada, explique son importante découverte permettant de stimuler la guérison d'une fracture d'une manière totalement nouvelle.

La science
C'est un fait bien connu : la vitamine D est produite dans la peau lorsqu'elle est exposée à la lumière du soleil. On la trouve également dans certains aliments que nous consommons. Pour stimuler l'absorption du calcium et stimuler la minéralisation osseuse, notre corps suit deux étapes pour transformer la molécule de vitamine D.

Durant la première étape de transformation de la vitamine D, une autre forme de vitamine D, appelée 24,25(OH)2D, est créée. Bien que la forme 24,25(OH)2D ait été, jusqu'à ce jour, principalement considérée comme un produit de dégradation inactif, le Dr St-Arnaud a non seulement découvert que la 24,25(OH)2D améliore la guérison des fractures, mais son travail en laboratoire lui a également permis de comprendre ce processus.

Combinée à une autre molécule, la 24,25(OH)2D stmule la formation d'un dérivé d'acide gras nommé lactosylcéramide. Ce composé déclenche la transmission d'un signal qui maximise la taille et les propriétés biomécaniques du cal osseux, la structure stabilisatrice qui entoure une fracture et favorise sa guérison. Lors de tests, des sujets incapables de produire la 24,25(OH)2D ou la lactosylcéramide avaient un cal osseux plus faible. Toutefois, lorsque traités avec ces composés, la taille et la rigidité du cal osseux se sont améliorées. En favorisant un cal osseux plus robuste et une taille optimale, la guérison de la fracture est meilleure.

« Dans le cadre de cette recherche, nous avons identifié de nouvelles voies signalétiques et des mécanismes d'action jusqu'àlors insoupçonnés pour une molécule de vitamine D. C'est le point culminant des quinze années de recherche de mon laboratoire », déclare le Dr St-Arnaud.

Utilisations futures
Les traumatismes osseux représentent un enjeu de santé publique important partout dans le monde, avec des coûts socioéconomiques substantiels. Par conséquent, toute amélioration du traitement des fractures est un avantage considérable pour nos patients et pour l'ensemble de la population.

« La prochaine étape sera de tester ces composants lors d'essais cliniques. Nous espérons qu'ils joueront un rôle important pour améliorer la réparation des fractures et pour accélérer le temps de guérison », conclut le Dr St-Arnaud.

L'article scientifique est accessible en entier sur le site Web du Journal of Clinical Investigation.

New Findings on Optimal Bone Repair par René St-Arnaud, Ph.D. :

 
Pixel espion Amazon