Passer à la navigation

Paralysie cérébrale

Paralysie cérébrale

La paralysie cérébrale (encéphalopathie) est un trouble affectant le tonus musculaire, les mouvements et la coordination. Il s'agit de l'infirmité la plus fréquente se produisant avant, durant ou immédiatement après la naissance d'un enfant; elle est due à un manque d'oxygène au cerveau. Les Hôpitaux Shriners pour enfants sont considérés comme des chefs de file pour le traitement des effets orthopédiques de la paralysie cérébrale, et il s'agit d'un des troubles les plus fréquemment traités à l'hôpital Shriners du Canada.

Il existe trois principaux types de paralysie cérébrale :

  • Ataxique – Ce type cause un dérèglement de l'équilibre et de la perception de la profondeur.
  • Athétosique – Ce type cause des mouvements involontaires non contrôlés.
  • Spastique – Le type le plus courant de paralysie cérébrale, qui cause des raideurs et des difficultés de mouvement.

Pour chaque type principal, il existe plusieurs diagnostics spécifiques indiquant une zone spécifique d'altération neurologique, comme l'hémiplégie spastique, la diplégie spastique, etc.

Symptômes de la paralysie cérébrale

Les enfants atteints de paralysie cérébrale peuvent présenter un vaste éventail de symptômes allant de bénins à graves. Voici certains indicateurs typiques de la paralysie cérébrale :

  • Tonus musculaire anormal
  • Mauvaise coordination des mouvements
  • Réflexes infantiles toujours présents à un âge où ils auraient dû disparaître
  • Mouvements involontaires
  • Muscles tendus ou spastiques
  • Salivation excessive ou difficultés à parler, à téter ou à avaler
  • Difficulté à effectuer des mouvements précis, comme écrire ou boutonner une chemise

Nos options de traitement pour la paralysie cérébrale :

  • Thérapie : la partie la plus importante de tout programme de thérapie est la routine quotidienne d'exercices d'étirement mise au point par les thérapeutes. La thérapie est suivie après la chirurgie ou pour d'atteindre des objectifs spécifiques.
    • L'ergothérapie peut contribuer au développement des petits muscles du corps, comme ceux du visage, des pieds, des doigts, des mains et des orteils, et ainsi améliorer les habiletés dans la vie de tous les jours et d'autres activités.
    • Les physiothérapeutes font travailler les muscles de l'abdomen, des bras et des jambes afin de développer toute une gamme d'habiletés, comme l'équilibre, marcher, se tenir debout, utiliser des escaliers et le transfert de poids.
  • Orthétique (orthèses) – Les appareils sont utilisés pour :
    • Aider les muscles à suivre le rythme de croissance des os
    • Prévenir les problèmes aux pieds et aux genoux
    • Aider à soutenir les muscles faibles
    • Protéger les muscles après une chirurgie
  • On peut prescrire des médicaments pour contrôler ou prévenir les crises ou réduire la spasticité, qui peut avoir une incidence sur les mouvements et les habiletés motrices.
  • Les aides à la mobilité comme les béquilles, un déambulateur ou un fauteuil roulant peuvent être nécessaires.
  • Série de plâtres : les plâtres sont utilisés pour aider à étirer les muscles qui sont devenus si tendus que les exercices et les appareils ne sont d'aucune aide. Lorsque le muscle est suffisamment étiré, on retire le plâtre et votre enfant peut porter un appareil orthopédique.
  • Injection de toxine botulinique A : la toxine botulinique A peut être utilisée pour réduire la spasticité.
  • La rhizotomie dorsale sélective (une intervention neurochirurgicale au cours de laquelle on coupe certains nerfs rachidiens) peut être nécessaire afin de réduire la spasticité dans les jambes et améliorer le développement des muscles.
  • Une chirurgie orthopédique peut être nécessaire pour ajuster avec précision les effets de la rhizotomie ou aider à soulager les contractures et les problèmes dus à la déformation des os.
   
Pixel espion Amazon